475 millions $ de plus par an pour les 4000 organismes communautaires autonomes du Québec

Bulletin Mékinac – Une bonne délégation de chez nous comme en fait foi cette photo a participé le 27 septembre dernier à une manifestation à Québec pour dire que la population fait les frais des mesures d’austérité, des coupures dans les services publics et de la démolition des programmes sociaux par le gouvernement libéral provincial. On a dit entre autres que les groupes communautaires autonomes sont ainsi empêchés de réaliser pleinement leur mission et de faire face aux demandes croissantes des laissés-pour-compte de la société. C’est ainsi qu’est réclamé 475 millions $ de plus par an pour les 4000 organismes communautaires autonomes du Québec. Cette somme représente à peine 0,7 % de toutes les dépenses de programmes du Québec en 2016-2017. On a indiqué que pour la deuxième année consécutive, Québec prévoit faire un surplus budgétaire; l’an dernier, il était de 1,8 milliard $, auquel on devrait ajouter la contribution au Fonds des générations de 1,5 milliard $. Depuis 2014, les compressions du gouvernement libéral totalisent plus de 4 milliards $ selon l’IRIS. Ces dernières ont des conséquences désastreuses sur les citoyennes et citoyens. Sous le déguisement de la « bonne gouvernance » et la « gestion responsable », le gouvernement libéral a un objectif radical : le démantèlement de l’État québécois.


Une journée sous le signe de la co-construction

PHOTO : Sur fond de découverte du milieu communautaire, l'avant-midi a fait place à un panel où François Landry, directeur de la Table régional des organismes communautaire Centre-du-Québec/Mauricie (TROC CQM), Anne Vadeboncoeur, agente de développement de la Table nationale des Corporations de développement communautaire (TNCDC) et Josée Bédard, directrice générale de la Corporation de développement communautaire (CDC) Mékinac, ont exposé leurs réalités respectives sous l'animation de Steven Hill, agent de développement et formateur au Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM).

 

Bulletin Mékinac -texte de Jacynthe Laing, en charge de la réalisation du projet. En pleine démarche d’élaboration de la Politique de reconnaissance et de soutien aux organismes communautaires de Mékinac, le milieu communautaire de Mékinac et ses élus se sont réunis lors d’une journée d’échanges et d’information. Cette rencontre se voulait un premier pas, essentiel, au développement et au maintien de la qualité de vie des citoyens de notre MRC qui bénéficient des services des organismes communautaires de Mékinac.

Sur fond de découverte du milieu communautaire, l’avant-midi a fait place à un panel où François Landry, directeur de la Table régional des organismes communautaire Centre-du-Québec/Mauricie (TROC CQM), Anne Vadeboncoeur, agente de développement de la Table nationale des Corporations de développement communautaire (TNCDC) et Josée Bédard, directrice générale de la Corporation de développement communautaire (CDC) Mékinac, ont exposé leurs réalités respectives sous l’animation de Steven Hill, agent de développement et formateur au Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM).
Dans le but de réitérer leur position dans le milieu socioéconomique de la MRC de Mékinac, les groupes communautaires ont pu exposer leur mission et présenter l’impact qu’ils ont sur la population du territoire.

En deuxième moitié de journée, élus et organismes communautaires se sont attablés à la tâche de déterminer conjointement le contenu de la Politique dont ils veulent se pourvoir. De soixante-deux esprits qui se rencontrent ne peuvent jaillir que de bonnes idées/orientations qui aboutiront à une Politique dont la MRC de Mékinac, ses municipalités, les organisations communautaires et les citoyens qui bénéficieront.
De cette journée, il faut retenir le désir des groupes communautaires de se faire reconnaître auprès des élus, mais aussi de se faire soutenir pour pouvoir poursuivre leurs actions concrètes auprès des citoyens et citoyennes de Mékinac. Les responsabilités qui incombent à la MRC au niveau du développement social démontrent qu’il est tout l’avantage de la population d’inviter ses nouveaux élus à supporter le milieu communautaire et à reconnaître l’apport essentiel de ses actions.

 


Le milieu rencontre le communautaire aujourd’hui

Bulletin Mékinac – Ce mardi 3 octobre, les nombreux lectrices et lecteurs du Bulletin de Mékinac doivent savoir qu’il se passe une rencontre importante dans notre MRC entre, d’une part, ce qu’on appelle le communautaire et, d’autre part, les milieux de pouvoir que sont nos organisations municipales. Celles-ci sont représentées par à la fois de employés de direction ainsi que des élus.

La rencontre se fait à Grandes-Piles et découle du fait que la CDC Mékinac (Corporation de développement communautaire) a demandé et reçu une subvention d’un peu plus de 10 000$ pour, de toutes pièces, créer et mettre en marche une politique de reconnaissance et de soutien de l’action communautaire dans Mékinac.

La subvention a été reçue de la MRC et de son programme du Fonds de développement des territoires (FDT). C’est la charmante et efficace Jacynthe Laing qui a été spécialement embauchée pour réaliser ce projet. Celle-ci confiait que le prêt de salles à des organismes communautaires par les entités municipales était en outre un sujet de débat à prévoir et à régler.

Et, bien sûr, on veut, justement, que les organismes communautaires soient mieux connus encore du milieu, que leur travail essentiel soit apprécié. Si bien qu’il y aura des présentations à cet égard.Ici, au Bulletin de Mékinac, on l’a déjà souligné, nos organismes communautaires et nos entreprises d’économie sociale comptent énormément.

La CDC a réalisé il n’y a pas longtemps une démonstration pour indiquer combien les organismes communautaires ainsi que les entreprises d’économie sociale étaient importants. Énumérons-les: l’Association des personnes aidantes de la Vallée-de-la-Batiscan; l’APHA, l’Association des personnes handicapées actives de Mékinac; l’AQDR, Association québécoise de défense des droits des retraités et préretraités de Mékinac; le Phénix (aide personnes atteintes de maladie mentale); ECJ Mauricie/ Mékinac; le Carrefour Normandie; le Centre d’action bénévole Mékinac; le Centre Adrienne Roy; le CALACS Entraid’Action; le Centre Prévention suicide; Femmes de Mékinac; Le Périscope; la Maison des familles Mékinac; Partenaires Action Jeunesse Mékinac; Volteface (organisme de justice alternative); Les aides familiales Mékinac; la Corporation de transport adapté et collectif Mékinac et enfin, le mensuel que vous avez lisez ici, Le Bulletin de Mékinac.

L’apport se concentre non seulement au niveau du nombre d’emplois, le point de vue économique mais aussi le nombre de personnes rejointes dans la MRC de Mékinac qui s’élève probablement à 8722 (1332 hommes; 4580 femmes; 2650 adolescents et 160 enfants). De même, leur masse salariale s’élève à 2 783 582$; leur pouvoir d’achat global à 1 400 541$; le pouvoir d’achat des organisations directement dans la MRC de Mékinac à 535 449$.